Business development manager : késako ?

Le business development manager ou "responsable du développement commercial" a un poste clé dans le développement d'une entreprise. On vous dit tout ! 👇🏼

Sommaire

  • Qu’est-ce que le business development manager ?
  • Traduction de business development manager
  • Les missions du business development manager
  • Le salaire du business development manager
  • Pourquoi devenir business development manager ?
  • Quel métier après business development manager ?
  • Comment devenir business development manager



Difficile d’échapper aux anglicismes dans le domaine de la vente. C’est aux États-Unis que le sujet a été théorisé. Mais le terme en apparence anodin de business development manager désigne en fait la personne responsable de la croissance de l’entreprise. Rien que ça.

Nous vous invitons à découvrir celui qui assure le développement de la clientèle de l’entreprise.


Qu’est-ce que le business development manager ?


Le business development manager (BDM) ou business developer est celui qui fait en sorte de développer le chiffre d’affaires de l’entreprise. Il a la responsabilité de tout le cycle de vente, de la prospection jusqu’à la signature du contrat et le suivi client.

Pour cela, il va travailler son pitch commercial et son argumentaire de vente.

Il va analyser son marché et mettre en place des stratégies de vente adaptée afin de donner le maximum de croissance à la société qui l’a embauché.

Mais comment dit-on en français ?


Traduction de business development manager


On peut traduire littéralement par responsable du développement commercial.


Les missions du business development manager

Le rôle de ce poste évolue en fonction de la taille de la société.

S’il s’agit d’une start up ou d’une PME, le business developer aura la responsabilité de :

  • la prospection (trouver des prospects, c’est-à-dire des clients potentiels),
  • l’élaboration de son discours commercial,
  • la négociation commerciale,
  • le closing,
  • l’analyse du marché,
  • la mise en place de stratégies commerciales.


Il va souvent travailler étroitement avec le marketing, pour aller chercher de la data, pour voir comment le service présente les offres de l’entreprise et pour l’élaboration de stratégies.

Dans un grand groupe, les équipes de vente sont plus fournies. Dans ce cas, on trouve des postes comme : account manager, représentant pour le développement des ventes, etc.


Le salaire du business development manager


Passons aux choses sérieuses. Quel est le salaire d’un business development manager ?

Glassdoor va afficher comme salaire de base moyen 50 585 € par an.


source : Glassdoor


Mais il faut savoir que dans les métiers du business development, les salaires comportent toujours un fixe et un variable (en fonction du montant du chiffre d’affaires réalisé).

Et avec ce variable, il est possible d’accroître de façon très importante la rémunération.

Chez iconoClass, le salaire moyen après seulement 4 mois mois de formation est de 42 k€ brut annuel.


Pour découvrir le guide ultime du Business Developer (2022) 👉🏼 Cliquez ici


Pourquoi devenir business development manager ?


Les motivations sont diverses. Certains profils ont le sens du challenge. Ils aiment avoir un objectif élevé à atteindre chaque mois. C’est comme un jeu où il faut faire mieux à chaque fois. Ils sont focalisés sur les résultats.

D’autres ont le sens du relationnel. Ce qui les motive, c’est de rencontrer de nouvelles personnes et nouer des relations de confiance.



Les gens qui choisissent ce métier ont envie d’être utiles, de faire quelque chose qui compte, d’apporter leur contribution à l’entreprise. Il s’agit d’un poste clé. Les compétences commerciales font partie des aptitudes les plus recherchées. Un bon business development manager est irremplaçable.

Enfin, le salaire est une motivation pour beaucoup de commerciaux (même si c’est un sujet un peu tabou en France). Lorsqu’on se débrouille bien dans ce métier, les salaires sont élevés.


Quel métier après business development manager ?


On demande souvent d’avoir plusieurs années d’expérience pour le poste de business development manager.

L’évolution classique du business developer c’est :

  • business developer junior,
  • business developer senior
  • et après on devient head of sales (directeur commercial).


Le poste de manager dépend là encore de la façon dont la société est organisée.

Il y a des entreprises où le manager gère l’équipe commerciale. Il les accompagne dans leur quotidien, il recrute de nouvelles équipes et les forme. Mais il ne fait pas de ventes.

Dans d’autres entreprises, le head of sales gère à 50 % ses équipes et à 50 % continue de garder des missions de business developer.

En tant que manager, on peut aussi toucher à la stratégie commerciale. On va alors mettre en place les roadmaps des équipes.



La roadmap, c’est la vision qu’on se donne et le chemin qu’on doit prendre sur une période donnée. C’est un plan détaillé. On fixe des objectifs et l’on décide d’activer tel ou tel levier pour les atteindre.


Comment devenir business development manager ?


Certains diront que les candidats doivent être taillés pour ce poste. Comme si vous deviez disposer de qualités innées. Que vous deviez être un vendeur né.

Ce n’est pas la philosophie d’IconoClass. Nous considérons que toutes les compétences clés de la vente peuvent s’apprendre. D’ailleurs, la formation IconoClass comporte 80 % de pratique et seulement 20 % de théorie. Comme le disait si bien Aristote, « c’est en forgeant qu’on devient forgeron. »

Par ailleurs, notre accompagnement est complet. Nous avons inclus dans la formation un module sur le développement personnel. Nous sommes intimement convaincus que travailler sur soi contribue à faire d’une personne un bon commercial.


Le seul conseil de lecture que l’on donne à nos élèves, sans en donner une vision sacralisée, c’est : les Accords toltèques.

Bizdev, c’est un métier qui nécessite de la résilience et de la pugnacité.

Un bon commercial ne doit pas avoir d’a priori. Tout ça va avec un des accords toltèques qui enseigne de ne pas faire de supposition. Le livre invite aussi à ne pas prendre les choses personnellement et à cœur.


Et tout au long de la formation, nous accompagnons les iconers dans leur projet professionnel, de l’entrée à l’école jusqu’au recrutement. Nous les aidons à rédiger leur CV de business developer, à postuler aux offres d’emploi et à réussir leur entretien d’embauche. Et qui sait, vous pouvez postuler non seulement à des emplois à Paris, en région, mais aussi en Europe.


Quel que soit le secteur, la demande est forte pour les métiers de la vente.

D’après nous, la seule condition requise, pour les candidats à cette fonction, c’est d’être motivé.


C’est votre cas ? Parlons-en.


Recevez nos articles en exclusivité !

abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez chaque mois nos news et nos astuces en vente B2B !

S'abonner

On parle d’Iconoclass dans les médias

L'icononews, c'est des news, des conseils et une touche d'humour, une fois par mois !
Vous êtes désormais inscrit.e à la newsletter.
Oups! Une erreur est survenue. Réessayez.